Historiographie et nationalisme, XIXe-XXe siècles : des maîtres, des thèmes, des artéfacts

9e journée d’études du groupe de contact FRS-FNRS Translatio. Antiquité tardive – haut Moyen Âge (IVe-Xe s.)
Musée royale de Mariemont, 11 juin 2021 – 9h30-16h30
L’intérêt de l’historiographie pour la connaissance historique n’est plus à défendre. La 9e journée du groupe de contact FRS-FNRS Translatio. Antiquité tardive – haut Moyen Âge (IVe-Xe s.) marque la reprise de ses activités en présence au Musée royal de Mariemont sur ce thème important.

L’intérêt de l’historiographie pour la connaissance historique n’est plus à défendre. Depuis Augustin Thierry et ses “Considérations sur l’Histoire de France”, longue introduction historiographique aux Récits des temps mérovingiens (Paris, 1840), nous savons tous l’importance à accorder à ce qu’ont écrit nos aînés sur le haut Moyen Âge et qui constitue le socle de notre savoir, mais aussi l’impératif qu’il y a à re-contextualiser ces écrits en regard de leur éventuel (més)usage politique. En Belgique comme en Allemagne ou en France, les tentatives d’appropriations et de détournement nationaliste du passé médiéval ont été nombreuses, et sont maintenant bien connues. Face à celles-ci, comment se positionne le médiéviste ? Quel est son rôle ? Comment défendre l’intérêt de la science historique tout en limitant les mésusages du passé, qu’ils soient politiques ou commerciaux ?

La 9e journée Translatio se propose d’aborder cette large question tant d’un point de vue épistémologique que scientifique, en embrassant les trois axes suivants : 

– biographique, centré sur un médiéviste majeur et/ou d’un projet éditorial ;

– thématique, autour d’une question particulière et de son traitement en regard des enjeux politiques contemporains ; 

– archéologique et muséographique : la visite de l’exposition Itinéraire mérovingien servira alors d’écho aux questionnements sur l’usage des artéfacts, leur approche scientifique et/ou esthétique, et leur mise en scène muséographique.

Programme : lien